tableau naïf avec personnages

Peinture naïve cubaine : voyagez dans les Caraïbes

Le monde de l’art a longtemps été réservé à une classe sociale aisée qui avait les moyens de se former aux techniques académiques et disposait des contacts pour intégrer des réseaux. L’art naïf est venu casser ces codes. Tout d’un coup, des artistes autodidactes et passionnés ont dévoilé leur talent et n’ont pas hésité à transgresser les règles classiques de l’art. Inspirés par le célèbre art naïf haïtien, les artistes cubains ont eux aussi adopté cet art pour peindre leur quotidien. Cap sur la peinture naïve cubaine !

L’art naïf : un courant controversé

Comment est-il né ?

Utilisé pour la première fois au 19e siècle, le terme art naïf qualifie des peintures réalisées hors des normes académiques. Les premières œuvres désignées naïves ont été celles du Douanier Rousseau. Les artistes qui pratiquent le style naïf sont des peintres qui n’ont pas étudié la technique ; ils sont surnommés les « peintres du dimanche » ou sont aussi appelés les peintres primitifs modernes. Leur force ? Ils apprennent particulièrement vite, leur travail acharné et leurs recherches constantes leur permettent d’évoluer rapidement. Cette peinture spontanée et candide se fait remarquer par les amateurs d’art et certains artistes deviennent professionnels. La sensibilité et les histoires transmises à travers les peintures naïves plaisent au public ; cet art rencontre un vrai succès. Cependant, il est difficile d’affirmer que les artistes naïfs forment un véritable mouvement artistique. Pourquoi ? Ils n’évoluent pas dans le milieu de l’art et ne se connaissent pas ou très peu. En revanche, leur travail se rejoint sur plusieurs points : le non-respect des règles de perspectives et de proportions, les couleurs vives, les sujets populaires et enfantins abordés.

Le développement de l’art naïf

La France et les œuvres de Henri Rousseau, alias le Douanier Rousseau, donnent une belle visibilité à l’art naïf ; Paris et le quartier de Montmartre deviennent une place importante de ce type d’art. La Foire aux Croûtes créée en 1921 par Maurice Hallé est une véritable exposition à ciel ouvert. Cet événement représentait un rassemblement essentiel pour ces artistes peintres qui n’avaient pas accès aux lieux d’expositions habituels (galeries des marchands d’art ou le salon des Indépendants par exemple). Cette foire a ouvert de nombreuses portes aux peintres naïfs ; certains ont pu être repérés par des collectionneurs et marchands d’art. Le Douanier Rousseau n’est pas le seul peintre naïf reconnu ; Séraphine Louis a aussi été largement soutenue par les connaisseurs de son temps. Frida Kahlo, artiste autodidacte, a également utilisé l’art naïf à travers certaines de ces œuvres. Finalement, chaque artiste naïf va travailler sa technique et créer son propre univers. Ils n’ont pas été dirigés par les codes académiques ; chacun peut donc s’approprier cet art si particulier. Le courant naïf a balayé la certitude que l’art est réservé à une sorte d’élite formée et appliquant les techniques classiques. La peinture naïve offre un point de vue nouveau et transgressif. 

Tombez sous le charme de la peinture naïve cubaine 

L’art naïf à Cuba

L’île Caribéenne est connue pour sa gaité, ses couleurs vives, sa musique et sa danse. La peinture naïve a naturellement trouvé sa place à Cuba. L’artiste Ruperto Jay Matamoros était le plus ancien peintre naïf cubain, il s’est éteint en 2008 à l’âge de 95 ans à La Havane. Après avoir été reconnu à Cuba, il a exposé partout dans le monde : Bulgarie, France, Hongrie, Italie, Mexique, Suède, etc. En 2000, il reçoit une médaille pour les 270 ans de l’Université de La Havane et a été récompensé avec un prix des arts visuels. Un autre peintre naïf a rencontré un vrai succès : l’artiste Wayacón. Il expose ses toiles naïves à La Havane, aux États-Unis et dans d’autres pays. Son style enfantin est unique, il ne s’est jamais laissé influencé par les tendances artistiques ou les critiques. Il est toujours resté lui ; authentique et sincère.

La spécificité de Luisito Art

L’artiste Luisito a développé son propre style naïf où la finesse des traits et les détails sont au cœur de son travail. Il n’est pas adepte des dessins grossiers et des perspectives démesurées comme cela peut être utilisé dans l’art naïf. À travers ses tableaux et ses reproductions d’art, il veut faire voyager les spectateurs à Cuba et montrer des scènes de la vie quotidienne. Comment ? Avec des éléments qui représentent son île :

  • des personnages (musiciens, paysans, etc.) ;
  • de la végétation (les magnifiques palmiers typiques de Cuba) ;
  • la mer ;
  • des transports spécifiques (voitures américaines, taxi, etc.).

Ces dessins, pensés avec précision, vont offrir une harmonie et une réalité presque étonnante pour de l’art naïf. Les couleurs vives volontairement utilisées de manière imaginaire vont apporter la joie et l’évasion sur chaque toile. L’autre particularité de Luisito ? Les personnages n’ont pas de visage. En effet, il ne peint pas les yeux, le nez et la bouche. Ce choix délibéré permet de ne pas laisser paraitre d’expression. Le spectateur peut supposer ce qu’il veut : sont-ils souriants ? Heureux ? Tristes ? À chacun son imagination ! 

La peinture naïve cubaine vous transportera sur cette île si unique des Caraïbes. À Cuba, l’art est au cœur de la vie : la danse, la musique, la peinture sont présentes partout. Vous n’aurez pas de mal à dénicher des galeries d’art dans les rues de La Havane ou dans d’autres villes comme Trinidad ; laissez-vous tenter par une toile de peinture naïve cubaine et ramenez un souvenir exceptionnel. Partez à la découverte de la galerie en ligne de Luisito Art qui vous fera voyager à travers ce pays envoutant. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Price Based Country test mode enabled for testing France. You should do tests on private browsing mode. Browse in private with Firefox, Chrome and Safari